Elizabeth Reid

Elizabeth Reid naquit à Leith, Edimbourg. Elle fit ses études artistiques sous la direction de Sir William Georges Gillies et de Sir Robin Philipson au « Edinburgh College of Art » entre 1957 et 1961. Ensuite elle devint professeur, enseignant à son tour la peinture dans les établissements scolaires secondaires à travers toute l’Ecosse, apportant à ses élèves l’encouragement dont elle avait été privée pendant ses études. Elle conservait cependant le désir de pouvoir se consacrer entièrement à la peinture.
C’est ainsi qu’en 1970 elle s’installa dans la maison isolée de berger dans le pays des Borders au sud de l’Ecosse et put en 1971 organiser sa première exposition en solo, qui fut une grande réussite sur le plan critique et commercial.
Elizabeth a organisé une trentaine d’expositions à travers la Grande Bretagne et la France et notamment de façon régulière à la « Royal Scottish Society of Painters in Watercolour » ainsi qu’à la « Royal Scottish Academy ». Ses oeuvres figurent dans des collections privées et publiques en particulier celle du Duc d’Edimbourg ainsi que celle de la « Royal Bank of Scotland ». Et c’est ainsi que ses tableaux côtoient ceux de ses mentors Sir William Gillies et Sir Robin Philipson.
« Je souhaiterais que mes tableaux puissent interpeler les personnes qui les regardent en leur suggérant de s’arrêter, de voir et d’écouter cette belle nature autour de nous ».
« Elizabeth Reid habite un monde à part dans lequel les nuages du ciel dominent les paysages bucoliques en enrobant les collines et étendues dénudées, presque vides de toute présence animale ou humaine.
Et tandis qu’un regard caché observe le mugissement d’une vache ou le vol d’une buse, son souffle s’arrête devant ces paysages saisissants ».
Felix McCulloch – The Glasgow Evening News
« Au regard insolite d’Elizabeth Reid lorsqu’elle observe un paysage, s’ajoute la maîtrise de sa technique audacieuse à capter sur la toile le jeu fulgurant de la luminosité reproduisant les contrastes d’éclairages fugitifs qui se produisent au quotidien ».
Richard Jaques – The Scotsman

Beyond the Gate

Morning Frost